Comment sauver les norias ?

 

Un photographe et une écrivain... Et une noria, dont la roue, immense structure de bois, hisse l'eau du fleuve et élève avec elle la force du renouveau et de la vie toujours en mouvement...

Depuis son enfance, le photographe les longe, les contourne, les apprivoise. L'écrivain les approche dans la lenteur et le silence, revenant à la charge à chaque voyage pour qu'elles lui livrent peu à peu leur secret.

Rencontres donc, multiples, solitaires et graduelles avec ces fragiles et fidèles compagnes des portées par le désir de capter l'exceptionnel croisement du mouvement et de la lumière, la docilité du bois immergé d'eau et la surprenante légèreté des imposantes chanteuses de l'Oronte.

Peu à peu a grandi le souhait d'une recherche en profondeur, tant d'un point de vue de la photographie et de l'écriture qu'aux niveaux technique, architectural, historique et géographique.

Mais très vite le sentiment d'une urgence s'est fait jour au constat que les hommes ont délaissé la fonction hydraulique initiales des norias pour des pompes plus efficaces et que les grandes roues ont engagé, depuis une vingtaine d'années, un inévitable déclin.

Et naturellement, la volonté de tout faire pour alerter et mettre en oeuvre la sauvegarde des norias de Hama s'est imposée.  Sauver les norias, impulser leur inscription au patrimoine mondial de l'Unesco au titre du Paysage, c'est donc l'objectif premier du projet "Norias" et de ses ramifications multiples : oeuvre monumentale la Noria al Salam pour l'Exposition Internationale Zaragoza 2008, exposition itinérante, ouvrage en cours...